fr | en

LE CENTRE D’ART > Qui sommes-nous ?

Le Centre d’art est une institution culturelle crée en 1944 et reconnue d’utilité publique en 1947 qui œuvre à la promotion de la création artistique d’Haiti. Il est un lieu de référence a partir de valeurs patrimoniales conservées.

Crée sous l’impulsion de l’aquarelliste américain DeWitt Peters, et d’intellectuels haïtiens, dont notamment Maurice Borno, Albert Mangonès, Geo Remponeau, Jean Chenet ou Gerald Bloncourt, elle émerge alors qu’il n’existe pas encore de galeries d’art ni d’école publique d’art en Haïti. Initialement conçu comme un espace de formation et de production pour les artistes, le Centre devient rapidement une référence pour la diffusion de l’art haïtien.

Le Centre d’art permet l’émergence de plusieurs générations d’artistes plasticiens renommés, peintres ou sculpteurs, comme Hector Hyppolite, Georges Liautaud ou Édouard Duval Carrié.

Le tremblement de terre du 12 janvier 2010 affecte lourdement le Centre d’art. Après l’effondrement du bâtiment et le décès de sa directrice, Francine Murat, l’institution reste fermée au public pendant quatre ans.

C’est à l’occasion de ses 70 ans que le Centre d’art renait, en novembre 2014, avec des aménagements provisoires installés dans le jardin de l’espace historique. L’institution reprend alors ses activités auprès du public et des artistes : cours, conférences, rencontres, expositions. En parallèle, l’équipe travaille à la valorisation du patrimoine du centre, par la conservation et l’inventaire de sa collection d’œuvres, de photographies et des archives afférentes. Le Projet Scientifique et Culturel du Centre d’art a été rédigé en 2016 et le Centre d’art projette de rencontruire durablement ses infrastructures d’ici 2020.

Notre Mission

Le concept d’aujourd’hui s’inscrit dans la continuité du concept d’origine. Les missions sont la formation, le soutien à la création, la diffusion, la commercialisation et la recherche

> Découvrir les talents, soutenir, former et accompagner les artistes haïtiens dans leur travail de création.

> Favoriser la création en la diffusant sur le marché de l’art et pour sortir les artistes de l’anonymat

> Conserver, documenter et valoriser les collections déjà conservées au Centre d’art.

> Mettre à disposition et transmettre le patrimoine lié aux arts visuels haïtiens.

La Gouvernance

  • Le Conseil d’Administration

Depuis la réunion exceptionnelle du conseil d’administration du 29 novembre 2014, le conseil d’administration du Centre est composé des membres suivants:

Axelle Liautaud – présidente

Mireille Perodin Jérôme – vice-présidente

Daniel Dorsainvil – trésorier

Gisèle Fleurant – vice trésorière

Christine Audain Chenet– secrétaire

Le Conseil Scientifique

Cette instance consultative participe à la définition des orientations stratégiques. Elle est composée d’experts scientifiques nationaux et internationaux, choisis dans le monde des musées, le monde académique et parmi des personnalités sensibilisées à l’avenir d’Haïti, de son patrimoine et de sa création artistique. Ses membres sont:

Carlo Celius – Historien et historien de l’art, chargé de recherche au CNRS (France), rattaché a l’Institut des mondes africains (Paris)

Yolanda Wood – Chercheuse, historienne et critique d’art, elle fonde en 1985, la chaire d’Histoire de l´Art de la Caraïbe de l’Université de La Havane. Elle dirige le Centre des etudes de la Caraibes de la Casa de Las Americas (Cuba) et enseigne aujourd’hui l’histoire de l’art a Mexico.

Anthony Bogues Barrymore, Asa Messer Professor of Humanities and Critical Theory Director, Center for the Study of Slavery & Justice. Professor, Africana Studies. Brown University. Honorary Professor , University of Cape Town

Andre Delpuech anciennement conservateur général du patrimoine, Responsable de l’Unité patrimoniale des collections des Amériques, Musée du Quai Branly. Aujourd’hui directeur du Musee de l’Homme (au sein du museum d’histoire naturelle) – Paris

Veerle Poupeye – directrice de « The National Gallery of Jamaica”, specialiste de l’art caribeen

Françoise Dalex, responsable master II documentation et régie des collections à l’école du Louvre/ responsable du centre de ressources du Centre de recherches Dominique Vivant Denon, musée du Louvre

Lorraine Mangones, directrice de la FOKAL

Philippe Loïc Jacob – president du CA d’Ecoemballage- membre fondateur Fondation Daniel et Nina Carasso-  et president Fondation pour le Rayonnement de l’art Haitien

Laurent Dubois- spécialiste de l’histoire et de la culture du monde Atlantique, les Caraïbes et en particulier Haïti. Directeur de la faculté du Forum for Scholars et Publics de l’Université Duke

Edwidge Danticat, écrivaine

L’equipe

Louise Perrichon Jean – directrice éxécutive – en charge du projet de renaissance du Centre d’art depuis novembre 2013

Judith Michel – responsable pédagogique et soutien à la creation artistique

Alex Bellefleur – administration et comptabilité

Clemence Leconte – responsable des collections

Wendy Desert – chargée des publics et de la communication

Love Mary Coqmar – gestionnaire des ressources documentaires

Gasner Francois – assistant regie et logisitique

 

 

ACTU > Conférence de Zahia Rahmani

Dans le cadre du colloque Espaces critiques de l’art caraïbe : la théorie en revue, organisé par l’IERAH (Université d’Etat d’Haïti), le Centre d’Art a le plaisir de vous inviter à une conférence de Zahia Rahmani, le vendredi 22 février 2019 à 4h00 pm.

 

En lien avec l’exposition Sismographie des luttes,  vers une histoire globale des revues critiques et culturelles , qui se tiendra du 26 février au 3 mars, au Musée du Panthéon National Haïtien à Port-au-Prince et en raison du rôle fondateur d’Haïti dans l’émergence au début du XIXe siècle des revues critiques et culturelles, son intervention sera liée à la question de la critique, de la théorie artistique et des revues culturelles produites dans la Caraïbe et sur la Caraïbe.

 

Écrivain, et historienne d’art de formation, Zahia Rahmani est responsable à l’INHA, du domaine de recherche Arts et architecture dans la mondialisation, récemment renommé Histoire de l’art mondialisée.

De 1999 à 2003, Zahia Rahmani a créé et dirigé le Research Program, post-diplôme de l’École nationale supérieure des Beaux-arts de Paris, sous la direction d’Alfred Pacquement. Elle a travaillé à la Villa Arson/École nationale d’art de Nice, à la Galerie nationale du Jeu de Paume et à la Leo Castelli Gallery, à New-York.  En 2012, elle met en place à l’INHA, « Made in Algeria », un programme dédié à la cartographie et la captation coloniale. Elle a mené le séminaire qui lui a été dédié  et construit avec Jean-Yves Sarazin (directeur des Cartes et plans à la BNF) l’exposition Made in Algeria, généalogie d’un territoire, présentée au Mucem jusqu’en mai 2016, ainsi que le catalogue paru chez Hazan. Cet ouvrage unique et d’une grande qualité critique comporte onze essais inédits dédiés à la question du territoire. En 2015 elle inaugure à l’INHA, avec un collectifs de chercheurs et commissaires d’expositions, le programme « Observatoire : Global Art Prospective ».

 

 

COURS & ACTIVITÉS > Atelier Montage vidéo avec Stéphane AUGUSTIN

Au cours de cette formation au montage vidéo, les participants apprendront les bases essentielles du montage vidéo avec des logiciels utilisés par de nombreux professionnels : Adobe Premiere et Adobe Encoder. Ils aborderont les étapes clés du montage et découvriront les conseils et astuces pour réussir le montage de leurs propres vidéos. L’initiation au montage se fera à partir des séquences que chacun aura tournées ou de rush apportés par le professeur.

Pré-requis :

Aisance informatique
Habitude de la photo et de la video serait un atout mais pas nécessaire
Avoir un laptop équipé des logiciels

Prêt d’équipement possible dans la limite de leur disponibilité
Installation des logiciels possible sous réserve de compatibilité

Mardis
Du 02 avril au 21 mai
3h-6h pm

10.000 HTG
500 HTG inscription annuelle au Centre

PORTAIL DE L’ART HAÏTIEN > KILLY (GANTHIER Patrick)

Patrick Ganthier dit Killy, est né le 24 octobre 1966 à Girardeau dans les environs de Pétion Ville, Haïti.

En 1986, il commence en solitaire l’expérience de la sculpture de récupération en puisant ses matériaux dans son environnement immédiat. Il fait l’apprentissage du dessin au Centre d’Art de Port-au-Prince sous la direction du peintre Franck Louissaint et fréquente l’atelier Kay Tiga (Jean-Claude Garoute) ou il expérimente la « rotation artistique », (la simultanéité dans la pratique des arts). C’est ensuite à l’Atelier Circulaire de Montréal, en 2005, que Killy apprend la gravure et le monotype. Il participe également à de nombreuses résidences et expositions en Martinique Mandinina (2002), au Bénin (2003), à Montréal (2008) ou encore à Venise (2011).

Killy vit et travaille en Haïti.