fr | en

LE CENTRE D’ART > Qui sommes-nous ?

Le Centre d’art est une institution culturelle créée en 1944 et reconnue d’utilité publique en 1947 qui œuvre à la promotion de la création artistique d’Haiti. Il est un lieu de référence a partir de valeurs patrimoniales conservées.

Créée sous l’impulsion de l’aquarelliste américain DeWitt Peters, et d’intellectuels haïtiens, dont notamment Maurice Borno, Albert Mangonès, Geo Remponeau, Jean Chenet ou Gerald Bloncourt, elle émerge alors qu’il n’existe pas encore de galeries d’art ni d’école publique d’art en Haïti. Initialement conçu comme un espace de formation et de production pour les artistes, le Centre devient rapidement une référence pour la diffusion de l’art haïtien.

Le Centre d’art permet l’émergence de plusieurs générations d’artistes plasticiens renommés, peintres ou sculpteurs, comme Hector Hyppolite, Georges Liautaud ou Édouard Duval Carrié.

Le tremblement de terre du 12 janvier 2010 affecte lourdement le Centre d’art. Après l’effondrement du bâtiment et le décès de sa directrice, Francine Murat, l’institution reste fermée au public pendant quatre ans.

C’est à l’occasion de ses 70 ans que le Centre d’art renait, en novembre 2014, avec des aménagements provisoires installés dans le jardin de l’espace historique. L’institution reprend alors ses activités auprès du public et des artistes : cours, conférences, rencontres, expositions. En parallèle, l’équipe travaille à la valorisation du patrimoine du centre, par la conservation et l’inventaire de sa collection d’œuvres, de photographies et des archives afférentes. Le Projet Scientifique et Culturel du Centre d’art a été rédigé en 2016 et le Centre d’art projette de rencontruire durablement ses infrastructures d’ici 2020.

Notre Mission

Le concept d’aujourd’hui s’inscrit dans la continuité du concept d’origine. Les missions sont la formation, le soutien à la création, la diffusion, la commercialisation et la recherche

> Découvrir les talents, soutenir, former et accompagner les artistes haïtiens dans leur travail de création.

> Favoriser la création en la diffusant sur le marché de l’art et pour sortir les artistes de l’anonymat

> Conserver, documenter et valoriser les collections déjà conservées au Centre d’art.

> Mettre à disposition et transmettre le patrimoine lié aux arts visuels haïtiens.

La Gouvernance

Le Conseil d’Administration

Depuis la réunion exceptionnelle du conseil d’administration du 29 novembre 2014, le conseil d’administration du Centre est composé des membres suivants:

Axelle Liautaud – présidente

Mireille Perodin Jérôme – vice-présidente

Daniel Dorsainvil – trésorier

Gisèle Fleurant – vice trésorière

Christine Audain Chenet– secrétaire

Le Conseil Scientifique

Cette instance consultative participe à la définition des orientations stratégiques. Elle est composée d’experts scientifiques nationaux et internationaux, choisis dans le monde des musées, le monde académique et parmi des personnalités sensibilisées à l’avenir d’Haïti, de son patrimoine et de sa création artistique. Ses membres sont:

Carlo Celius – Historien et historien de l’art, chargé de recherche au CNRS (France), rattaché a l’Institut des mondes africains (Paris)

Yolanda Wood – Chercheuse, historienne et critique d’art, elle fonde en 1985, la chaire d’Histoire de l´Art de la Caraïbe de l’Université de La Havane. Elle dirige le Centre des etudes de la Caraibes de la Casa de Las Americas (Cuba) et enseigne aujourd’hui l’histoire de l’art a Mexico.

Anthony Bogues Barrymore, Asa Messer Professor of Humanities and Critical Theory Director, Center for the Study of Slavery & Justice. Professor, Africana Studies. Brown University. Honorary Professor , University of Cape Town

Andre Delpuech anciennement conservateur général du patrimoine, Responsable de l’Unité patrimoniale des collections des Amériques, Musée du Quai Branly. Aujourd’hui directeur du Musee de l’Homme (au sein du museum d’histoire naturelle) – Paris

Veerle Poupeye – directrice de « The National Gallery of Jamaica”, specialiste de l’art caribeen

Françoise Dalex, responsable master II documentation et régie des collections à l’école du Louvre/ responsable du centre de ressources du Centre de recherches Dominique Vivant Denon, musée du Louvre

Lorraine Mangones, directrice de la FOKAL

Philippe Loïc Jacob – president du CA d’Ecoemballage- membre fondateur Fondation Daniel et Nina Carasso-  et president Fondation pour le Rayonnement de l’art Haitien

Laurent Dubois- spécialiste de l’histoire et de la culture du monde Atlantique, les Caraïbes et en particulier Haïti. Directeur de la faculté du Forum for Scholars et Publics de l’Université Duke

Edwidge Danticat, écrivaine

L’equipe

Jean Mathiot – directeur exécutif par intérim

Judith Michel – responsable pédagogique et soutien à la creation artistique

Alex Bellefleur – administration et comptabilité

Marie Flore Morett – chargée des publics et de la communication

Love-Mary Coqmar – gestionnaire des ressources documentaires

Marcia Valencia Augustin – assistante administrative

 

 

ACTU > Projection | Twa Fèy d'Eléonore Coyette

En collaboration avec le Bureau des Droits Humains en Haïti et Lokah Productions, le Centre est heureux de vous inviter à la projection du film « Twa Fèy » d’Eléonore Coyette, ce jeudi 17 septembre 2020 à 6h pm.

Ce film questionne le rapport entre les femmes et les hommes et met au jour les traces que peuvent laisser les violences conjugales, les viols et les agressions sur la vie des femmes.

Nous vous attendons nombreux!!!

SOUTIEN À LA CRÉATION > Carte Blanche

PORTAIL DE L’ART HAÏTIEN > DORCELY Roland

?????????????????????????????????????????????????« J’aimais regarder les œuvres des grands maîtres qui étaient reproduites dans l’ouvrage de Calvet de littérature française. Dans le dictionnaire, je voyais les sept merveilles du monde et des photos des statues de la Grèce classique. Mes enseignants étaient religieux et Bretons, je voyais donc des paysages de leur région natale et des images pieuses. Mes premiers dessins étaient très conservateurs… »

Archives du Centre d’Art,
‘‘En conversation avec l’artiste-peintre Roland Dorcély’’
dans le Nouvelliste du 17 avril 1984

 

Roland DORCELY est né à Port-au-Prince le 20 octobre 1930. Il fait ses études classiques à l’Institution Saint-Louis de Gonzague puis au Lycée Pétion, deux établissements reconnus et fréquentés par les élites haïtiennes. Démontrant des capacités particulières en poésie et en dessin et attiré par l’art, il entre à l’âge de seize ans au Centre d’Art. Il y étudie avec Paul Grady England puis avec William Calfee qui lui enseigne les techniques de la peinture murale.

Audacieux, Dorcély se lance dans des projets de murales et obtient en 1947, lors d’une exposition en Haïti, le Premier Prix décerné par Dumarsais Estimé (Président de la République de 1946 à 1950) pour l’ensemble de ses murales : l’hôtel Ibo-Lélé, Hôtel El Rancho, Cabanne Choucoune, Villa Créole, entre autres.

Au cours de sa participation à l’une des expositions collectives au Centre d’Art le 30 juin 1948, non seulement il reçoit le deuxième prix pour son tableau à l’huile intitulé ‘‘Nature morte au chapeau paille’’ des mains du poète Charles C. Pressoir mais aussi le cinquième prix pour son dessin ‘‘ Danse vaudou’’ offert par l’Institut Français de Port-au-Prince.

En 1950, il fait partie des artistes qui quittent le Centre d’Art pour fonder « Le foyer des Arts Plastiques (1950-1956) ».

En 1951, bénéficiaire d’une bourse d’études du gouvernement français, il part pour Paris. Il s’arrête en chemin, pour faire une exposition en Californie et y peindre quelques murales. A Paris, il fréquente l’école des Arts et Métiers, où il étudie avec Fernand Léger et André Masson. Il y travaille aussi avec les artistes haïtiens Max Pinchinat, Luckner Lazard et Luce Turnier. En 1953, il épouse la sœur de cette dernière, Nicole Turnier, elle aussi peintre, avec qui il aura trois enfants. Il travaille en étroite relation avec sa femme qui achève bien souvent des toiles laissées à l’état d’ébauche et qu’ils signent ensemble ‘‘Nicodème’’. Entre temps, il se lie d’amitié avec Michel Leiris et sa femme Louise qui l’introduisent dans le monde artistique et intellectuel de la capitale française de l’époque.

De retour en Haïti, en 1954, il fonde avec Luckner Lazard et Dieudonné Cédor la galerie Brochette (1956-1962), considérée comme étant un centre culturel d’initiation aux pratiques artistiques. Il repart au cours de la même année pour l’Europe, découvre l’Italie grâce à Alfred Metraux, séjourne en Suisse, en France, où il réalise une peinture murale pour Madame Bergerot-Blondel à Paris. Lors de ce voyage, il fait la rencontre de Pablo Picasso, James Pichette et d’autres personnalités du monde de l’art.

En 1958, le Musée d’Art Moderne de New York (MoMA) fait entrer un tableau de Roland Dorcély dans ses collections. Il s’agit d’une œuvre offerte par Edna et Keith Warner, intitulée When to Relax? (A quand la détente?). L’année suivante, Dorcély expose au MoMA aux côtés d’artistes internationaux comme l’Argentin Miguel Ocampo, les Américains Adolph Gottlieb et Jasper Johns, les Français Victor Vasarely et César et l’Espagnol Antoni Tàpies.

Il retourne à Port-au-Prince au début des années soixante et y séjourne quelques mois avant de regagner la France « Les gens gardent les habitudes qu’ils avaient avec vous. Ils restent fixés dans un monde en mouvement. Il vous frustrent », dira-t-il de cette période.[1] De retour en Haïti en 1965, visiblement fatigué, il peint peu, s’isole et s’enferme dans son silence. Ce n’est que près de 20 ans plus tard, en 1982, qu’il réapparait à l’occasion d’une exposition individuelle à l’Aquarius Inn. Par la suite, il se retirera de la vie publique et ne vend que quelques toiles très rarement au gré des ventes aux enchères.

En juin 2009, Roland Dorcély reçoit une plaque d’honneur[2] du gouvernement de la République d’Haïti pour « sa contribution au développement de la peinture haïtienne ».

Les œuvres de Roland Dorcély sont exposées dans plusieurs pays du monde notamment aux États-Unis, au Canada et en Europe. On retrouve ses peintures dans de célèbres collections comme celles d’André Roosevelt, de Nelson Rockfeller, au Musée d’Art moderne de New York (MoMA), Le Musée de Fort-Lauderdale, le Musée d’Art Moderne de Paris. La Collection Lina Assad, mécène de la Villa Créole en Haïti comme l’une des plus importantes murales de Roland Dorcély[3].

Roland Dorcély meurt à New York le jeudi 27 avril 2017 à 87 ans.

 

[1] Archives du Centre d’Art, ‘‘En conversation avec l’artiste-peintre Roland Dorcély’’, dans le Nouvelliste du 17 avril 1984
[2] Archives du Centre d’Art, plaque reçue du gouvernement de la République d’Haïti en 2009 avec mention « Honneur et mérite à Roland Dorcély pour son apport inestimable à l’épanouissement de la peinture Haïtienne »
[3] http://www.lesateliersjerome.com/roland-dorcely/

 

EXPOSITIONS

Individuelle

Année 2010

Roland Dorcély, un peintre et poète haïtien à Paris, 1958-1960, galerie  Loeve&Co, Paris, France.

 

Année 1990

– 1997, Le grand retour : Hier et Aujourd’hui, Galerie Caraïbe, Pétion-Ville, Haïti.

 

Années 1980

– 1985, Portrait de Saskia Rembrandt, copies de détails des œuvres de grands maîtres classiques, Festival Arts, Pétion-Ville, Haïti.

– 1985, Haïti Collections, Les Ateliers Jérôme, Pétion-Ville, Haïti.

– 1982, Institut Haïtiano – Américain, Port-au-Prince, Haïti.

– 1982, Exposition à l’Aquarius Inn

 

Année 1970

– 1974, 160e exposition du Centre d’Art, Rythmes et matières, Le Centre d’Art, Port-au-Prince, Haïti.

 

Années 1960

– 1961, Galerie du Cercle, Paris, France.

– 1960, Galerie Berri-Lardy, Paris, France.

– 1960, Galerie Espace, Paris, France.

– 1960, Fort- Lauderdale, Floride, États-Unis.

 

Années 1950

– 1958, Painting and Sculpture Acquisitions, The Museum of Modern Art, New York, États-Unis.

– 1958, Dartmouth College, Dartmouth, Massachusetts, États-Unis.

– 1958, Galerie Saint-Germain, Paris. France.

– 1957, Rétrospective, Galerie Odette Wiener, Pétion-Ville, Haïti.

– 1950, 73e exposition du Centre d’Art, Le Centre d’Art, Port-au-Prince, Haïti.

 

Collectives

Années 2010

– 2015, Les grands maîtres de la peinture populaire Haïtienne, 1945-1970, MUPANAH, Port-au-Prince, Haïti.

– 2014, Haïti: Deux siècles de création artistique, Galeries Nationales – Grand Palais, Paris, France.

– 2010, Saving Grace: A Celebration of Haitian Art, Affirmation Arts 523 West, New-York, États-Unis.

 

Année 2000

– 2000, Maîtres Haïtiens Contemporains, Les ateliers Jean René Jérôme, Pétion-Ville, Haïti.

 

Années 1990

– 1998, Formes et couleurs sur papier, Institut Français, Port-au-Prince, Haïti.

– 1997, Au pays du Soleil Bleu, Festival Arts, Pétion-Ville, Haïti.

– 1996, Exposition de groupe, Festival Arts, Pétion-Ville, Haïti.

 

Années 1980

– 1985, Le Centre d’Art, ses débuts, MUPANAH, Port-au-Prince, Haïti.

– 1984, Festival Art, Port-au-Prince, Haïti.

– 1984, 40e anniversaire, 193e exposition du Centre d’art, peintures des premiers artistes, Le Centre d’art, Port-au-Prince, Haïti.

– 1983, Peintures haïtiennes : hier… et aujourd’hui, MUPANAH, Port-au-Prince, Haïti.

– 1982, Salutations Haïtienne, Department of Art of West Virginia State College, Washington, Virginie-Occidentale États-Unis.

 

Années 1970

– 1977, Galerie Marcangreg, Port-au-Prince, Haïti.

– 1976, Erotica 76 : dessins et lithographies érotiques très rares, Galerie Caribart, Kenscoff, Haïti.

– 1975, Pintura Primitiva y Moderna Haitiana, Museo de Arte Moderno, Mexico, Mexique.

 

Année 1960

– 1961, Galerie Miroménil, Paris, France.

 

Années 1950

– 1959, Milan-Venise (Fla), Italie.

– 1955, Group show, Foyer des Arts plastiques, Port-au-Prince, Haïti.

– 1953 – 1954, Les artistes haïtiens, Paris, France.

– 1952,  Pintura de Haïti, Galerie Reger, Mexico, Mexique.

– 1951, Exposition de Groupe, le foyer des arts plastiques, Port-au-Prince, Haïti.

– 1950, Coup d’œil à travers la peinture en Haïti, Palais des Beaux-Arts – Foyer des arts plastiques, Port-au-Prince, Haïti.

 

Année 1940

– 1949, 66e exposition du Centre d’Art, Le Centre d’Art, Port-au-Prince, Haïti.

 

BIBLIOGRAPHIE

Ouvrages

– ALEXIS Gérald. Peintres haïtiens, Éditions Le Cercle d’Art: Paris. 2000.

– CHRISTENSEN Eleanor Ingalls. The Art of Haïti, A.S. Barnes and co: Michigan, USA. 1975.

– Fondation culture création. 50 années de peinture en Haïti, 1930-1980, tome 1, imprimerie Henri Deschamps : Port-au-Prince, Haïti. 2e trimestre 1995.

– GATES Henry Louis, APPIAH Anthony. Africana: The Encyclopedia of the African and African-American Experience, Basic Civitas Book, 1999, 2nd éd. Oxford University Press, 2005.

– LEREBOURS Michel Philippe. Haïti et ses peintres de 1804 à 1980, souffrances et espoirs d’un peuple, tome 2, l’imprimeur II : Port-au-Prince, Haïti, 2e trimestre, 1989.

– NADAL-GARDERE Marie-José, BLONCOURT Gérald, BELL Elisabeth (traductrice). La peinture haïtienne, Haitian Arts, éditions Nathan : Paris, France. 1986.

– PATAKI Eva. Haitian painting, Art and Kitsch, Adams press: Chicago, Illinois, USA. 1986.

– SCHUTT-AINE Patricia. Haïti: A Basic Reference Book., Librairie Au Service de la Culture : Miami, Florida. 1994.

 

Catalogues d’exposition

– Les grands maîtres de la peinture populaire haïtienne 1945-1970, Musée du Panthéon National Haïtien : Port-au-Prince. 7 avril – 5 juin 2015.

– Haïti deux siècles de création artistique, Grand Palais, Galerie nationale. 19 Novembre 2014 – 15 février 2015.

– Modern and Contemporary Art at Dartmouth: Highlights from the Hood Museum of Art, Hood Museum of Art, Dartmouth College: New England, 2009.

– Le musée d’art haïtien du Collège Saint-Pierre, septembre 2005.

– Haïti au toit de la grande Arche, Haïti : Femmes et création, peintures-sculptures, de l’esclavage d’hier à notre culture d’aujourd’hui, sculptures – installations. Paris. France 1998.

– Pintura Primitiva y Moderna Haitiana, Museo de Arte Moderno, Instituto Nacional de Bellas Artes, Imprenta Madero, S.A.: Mexico, D.F. Décembre 1975, Janvier 1976.

 

Revues– Presses- Magazines

– Haïti et l’Afrique : résonance dans les arts plastiques, Le Nouvelliste, mercredi 15 avril 2015.

– Haïti deux siècles de création artistique, dossier de presse, Grand Palais, Galerie nationale. 19 Novembre 2014 – 15 février 2015.

– Sitting Pretty for Summer, Magazine Elle decor N°5, Juin – Juillet 1990.

– En conversation avec l’artiste-peintre Roland Dorcély, Le Nouvelliste, 17 avril 1984.

– Les enfants terribles de la peinture haïtienne, Institut Français d’Haïti, Revue Conjonction : n° 153, (Mars 1982).

– L’exposition Roland Dorcély au Centre d’Art, Le Nouveau monde, vendredi 22 novembre 1974.

– Exposition Dorcély, Le Nouvelliste, samedi 23 novembre 1974.

– Que se passe-t-il au Centre d’Art ?, Le Nouvelliste, 11 aout 1950.

 

WEBOGRAPHIE

http://lenouvelliste.com/article/170847/roland-dorcely-1930-2017

http://lenouvelliste.com/lenouvelliste/article/160275/Les-artistes-haitiens-en-exil-Roland-Dorcely

http://www.lesateliersjerome.com/roland-dorcely/

http://www.cornettedesaintcyr.fr/html/fiche.jsp?id=6063554

http://www.carrieartgallery.com/roland-dorcely/

https://www.1stdibs.com/furniture/wall-decorations/paintings/large-haitian-painting-roland-dorcely/id-f_410836/

https://www.bocamuseum.org/sites/default/files/education/lesson_plans/Dorcely-Le_Coq_et_Le_Lune-68.pdf

https://www.mutualart.com/Artist/Roland-Dorcely/032AF7B191E59F69

https://books.google.ht/books?id=zYUchmXTDxUC&pg=PA27&lpg=PA27&dq=roland+dorcely&source=bl&ots=UVgyqqvN2f&sig=OanBEEluP7JhYrdtI6fQ484uqP8&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjK9cD90rHWAhVOxCYKHU-iBeU4ChDoAQhvMA8#v=onepage&q=roland%20dorcely&f=false

http://www.worldcat.org/search?q=au%3ADorcely%2C+Roland.&qt=hot_author

http://www.grinderfineart.com/dorcely.html

https://www.moma.org/artists/1588?locale=en

https://www.moma.org/collection/works/78854