fr | en

LE CENTRE D’ART > Qui sommes-nous ?

Le Centre d’art est une institution culturelle crée en 1944 et reconnue d’utilité publique en 1947 qui œuvre à la promotion de la création artistique d’Haiti. Il est un lieu de référence a partir de valeurs patrimoniales conservées.

Crée sous l’impulsion de l’aquarelliste américain DeWitt Peters, et d’intellectuels haïtiens, dont notamment Maurice Borno, Albert Mangonès, Geo Remponeau, Jean Chenet ou Gerald Bloncourt, elle émerge alors qu’il n’existe pas encore de galeries d’art ni d’école publique d’art en Haïti. Initialement conçu comme un espace de formation et de production pour les artistes, le Centre devient rapidement une référence pour la diffusion de l’art haïtien.

Le Centre d’art permet l’émergence de plusieurs générations d’artistes plasticiens renommés, peintres ou sculpteurs, comme Hector Hyppolite, Georges Liautaud ou Édouard Duval Carrié.

Le tremblement de terre du 12 janvier 2010 affecte lourdement le Centre d’art. Après l’effondrement du bâtiment et le décès de sa directrice, Francine Murat, l’institution reste fermée au public pendant quatre ans.

C’est à l’occasion de ses 70 ans que le Centre d’art renait, en novembre 2014, avec des aménagements provisoires installés dans le jardin de l’espace historique. L’institution reprend alors ses activités auprès du public et des artistes : cours, conférences, rencontres, expositions. En parallèle, l’équipe travaille à la valorisation du patrimoine du centre, par la conservation et l’inventaire de sa collection d’œuvres, de photographies et des archives afférentes. Le Projet Scientifique et Culturel du Centre d’art a été rédigé en 2016 et le Centre d’art projette de rencontruire durablement ses infrastructures d’ici 2020.

Notre Mission

Le concept d’aujourd’hui s’inscrit dans la continuité du concept d’origine. Les missions sont la formation, le soutien à la création, la diffusion, la commercialisation et la recherche

> Découvrir les talents, soutenir, former et accompagner les artistes haïtiens dans leur travail de création.

> Favoriser la création en la diffusant sur le marché de l’art et pour sortir les artistes de l’anonymat

> Conserver, documenter et valoriser les collections déjà conservées au Centre d’art.

> Mettre à disposition et transmettre le patrimoine lié aux arts visuels haïtiens.

La Gouvernance

  • Le Conseil d’Administration

Depuis la réunion exceptionnelle du conseil d’administration du 29 novembre 2014, le conseil d’administration du Centre est composé des membres suivants:

Axelle Liautaud – présidente

Mireille Perodin Jérôme – vice-présidente

Daniel Dorsainvil – trésorier

Gisèle Fleurant – vice trésorière

Christine Audain Chenet– secrétaire

Le Conseil Scientifique

Cette instance consultative participe à la définition des orientations stratégiques. Elle est composée d’experts scientifiques nationaux et internationaux, choisis dans le monde des musées, le monde académique et parmi des personnalités sensibilisées à l’avenir d’Haïti, de son patrimoine et de sa création artistique. Ses membres sont:

Carlo Celius – Historien et historien de l’art, chargé de recherche au CNRS (France), rattaché a l’Institut des mondes africains (Paris)

Yolanda Wood – Chercheuse, historienne et critique d’art, elle fonde en 1985, la chaire d’Histoire de l´Art de la Caraïbe de l’Université de La Havane. Elle dirige le Centre des etudes de la Caraibes de la Casa de Las Americas (Cuba) et enseigne aujourd’hui l’histoire de l’art a Mexico.

Anthony Bogues Barrymore, Asa Messer Professor of Humanities and Critical Theory Director, Center for the Study of Slavery & Justice. Professor, Africana Studies. Brown University. Honorary Professor , University of Cape Town

Andre Delpuech anciennement conservateur général du patrimoine, Responsable de l’Unité patrimoniale des collections des Amériques, Musée du Quai Branly. Aujourd’hui directeur du Musee de l’Homme (au sein du museum d’histoire naturelle) – Paris

Veerle Poupeye – directrice de « The National Gallery of Jamaica”, specialiste de l’art caribeen

Françoise Dalex, responsable master II documentation et régie des collections à l’école du Louvre/ responsable du centre de ressources du Centre de recherches Dominique Vivant Denon, musée du Louvre

Lorraine Mangones, directrice de la FOKAL

Philippe Loïc Jacob – president du CA d’Ecoemballage- membre fondateur Fondation Daniel et Nina Carasso-  et president Fondation pour le Rayonnement de l’art Haitien

Laurent Dubois- spécialiste de l’histoire et de la culture du monde Atlantique, les Caraïbes et en particulier Haïti. Directeur de la faculté du Forum for Scholars et Publics de l’Université Duke

Edwidge Danticat, écrivaine

L’equipe

Louise Perrichon Jean – directrice éxécutive – en charge du projet de renaissance du Centre d’art depuis novembre 2013

Judith Michel – responsable pédagogique et soutien à la creation artistique

Alex Bellefleur – administration et comptabilité

Clemence Leconte – responsable des collections

Wendy Desert – chargée des publics et de la communication

Love Mary Coqmar – gestionnaire des ressources documentaires

Gasner Francois – assistant regie et logisitique

 

 

ACTU > Soirée Ernest Pignon-Ernest

Projection-Exposition-Débat

Dans le cadre de la 5e édition de la Foire Internationale du Livre en Haïti, le Centre d’Art vous invite le lundi 11 décembre 2017 à 6h pm à une soirée dédiée à l’artiste Ernest Pignon Ernest.

Exposition, projection, débat sont au programme de cette soirée, possible grâce à FILHA, L’Institut Français en Haïti et le Centre d’Art.


Présentation de l’artiste

Ernest Pignon-Ernest est niçois, il vit et travaille à Paris. Pionnier et initiateur de l’art urbain en France, Ernest Pignon-Ernest installe ses dessins charbonneux dans les rues depuis les années 70.

Engagé politiquement et socialement, Ernest Pignon-Ernest développe un art qui cherche à bouleverser les mentalités, à ouvrir les esprits sur la réalité du monde. Aussi sombre soit-il. Dans les années 70, avec ses premières œuvres, il dénonce la guerre d’Algérie, l’apartheid en Afrique du Sud, la situation des immigrants en Europe… Tous ces événements qui dénombrent des milliers de victimes à qui il permet de sortir de l’oubli et de s’extraire du silence par l’art de rue.

Ses croquis, ses dessins, ses pochoirs et ses collages cherchent à provoquer le spectateur, le perturber, le forçant à voir en face la réalité subie par des millions de gens. En soulignant les événements historiques de l’humanité et en révélant les injustices.

Ses représentations humaines grandeurs nature sont réalisées au fusain, à la pierre noire et à l’aide de gommes crantées de différentes épaisseurs. Ce qui façonne les ombres. Ernest Pignon-Ernest les reproduits en sérigraphie et les colle sur les murs des villes.

COURS & ACTIVITÉS > Atelier Photographie – l’art du storytelling avec K2D

Cet atelier est ouvert à tous les photographes professionnels ou amateurs (ayant déjà au moins suivi un cours d’initiation à la photographie numérique). Les intervenants proposent d’initier ou de parfaire votre savoir-faire de photographe dans l’art de raconter des histoires en photos.

 

Après un bref rappel sur la grammaire photographique, les participants construirons une histoire, définiront leurs protagonistes et révèleront l’émotion à transmettre. A la fin de l’atelier, ils sauront raconter une histoire en 10 à 15 photos avec le style iconographique approprié.

 

Du 11 octobre au 15 novembre 2017

Les mercredis

500 HTG inscription annuelle au Centre
6000 HTG

PORTAIL DE L’ART HAÏTIEN > BRIERRE Murat

Murat-Brierre_photo.bon

« Même s’il m’est difficile de parler de mon travail, je pense qu’il reflète ma conception de la vie. Pour moi, l’art n’a pas de commencement ni fin. Je m’appellerais un impressionniste, si ce mot à un sens, tout ce que je fais vient de mes impressions, mes conceptions sur les choses et les faits de la vie. »

 

Murat Brierre
Archives du Centre d’art de Port-au-Princ
e

Murat BRIERRE est né à Mirebalais en 1938. Il grandit à Port-au-Prince où il fait ses études primaires au Lycée Toussaint Louverture jusqu’en 8eme (Cinquième secondaire). Dans une première vie, il est maçon, carreleur, charpentier, ébéniste et forgeron pour subvenir aux besoins de sa famille. Au début des années 50, Murat Brierre fait la connaissance de Rigaud Benoît qui le conseille, le soutient et l’initie à la peinture avant de l’introduire au Centre d’art le 1er mars 1956. Il y fait son apprentissage du dessin et de la peinture sous la direction de DeWitt Peters. Au milieu des années 1960, il abandonne la peinture pour la sculpture en métal découpé qui lui convient mieux. Il devient alors le premier élève de Georges Liautaud. De trente-neuf ans son aîné, l’artiste précurseur du travail sur métal découpé va former Murat Brierre.

 

Francine Murat, alors jeune directrice du Centre d’art, l’incite à conserver cette voie d’expression qui lui permet de développer son imagination et ses inspirations. Il met à profit, comme son maître, son savoir d’artiste forgeron dans sa pratique de la sculpture en métal ainsi que l’enseignement de DeWitt Peters en réalisant des études préalables de linogravures et de croquis. Peu à peu, Murat Brierre approfondit sa technique, perfectionne son style, l’équilibre sans refuser pour autant ni les élans passionnés ni la spontanéité la plus vive. Tout comme son aîné, Georges Liautaud, l’artiste possède une forge pour outil où il coupe les vieux drums de gazoline et autres métaux disponibles pour en faire des pièces de sculptures. Il sculpte alors sa vie, dévoile ses obsessions, ses faiblesses, ses aliénations, ses rêveries, sa joie de vivre mais aussi son sens de l’humour. L’artiste choisit tantôt les lignes fuyantes, tantôt les rondeurs accentuées, mais jamais les formes pleines. Il travaille toujours à plat, incisant la pièce à son milieu pour rendre les lignes de saillie.

 

Fervent croyant des forces mystérieuses de la vie (le vaudou, le christianisme, la franc-maçonnerie et les croyances populaires), Murat Brierre y trouve de nombreuses sources à sa créativité. Parmi ses thèmes de prédilection, les femmes, l’amour, les couples enlacés mais aussi les diables, les zombis, les sirènes et les oiseaux. Affectionnant particulièrement les groupes de personnages, il les soumet, au travers de ses métamorphoses, à une interprétation très personnelle de la mythologie vaudou. Il approche également des thèmes qui mêlent les deux croyances : le vaudou et le christianisme. Dans les années 1980, il réalise une série de crucifix. La croix en effet, est dans la tradition vaudou le symbole du maître du cimetière, Baron Samedi, le carrefour entre le monde des vivants et des morts. Même s’il s’est inspiré de Georges Liautaud, son style lui est propre et reconnaissable entre tous. Il est le premier à réaliser des fers de soleils, un thème aujourd’hui répété et décliné à l’infini.

 

Vers les années 1985, il tente de créer sa propre galerie d’art. L’expérience cependant est de courte durée car l’effort que nécessite la direction d’une telle entreprise l’éloigne trop de sa créativité artistique.

 

Exposé en France, aux États-Unis, en Suisse, en Allemagne, en Israël, au Mexique, à la Jamaïque, dans des lieux tels que l’Abbaye de Daoulas, le Grand Palais, le Brooklyn Museum, le Musée d’art moderne de Mexico, le Musée du Montparnasse, Murat Brierre est considéré comme l’un des plus grands sculpteurs haïtiens. Ses œuvres font partie de la collection permanente du Waterloo Museum, du Davenport Museum, du Milwaukee Art Museum, du Centre d’art, du Musée d’Art Haïtien du Collège Saint-Pierre, du Musée de Panthéon National Haïtien.

 

Murat Brierre meurt le 16 mars 1988 à l’âge de 50 ans à la suite d’une longue maladie.

Voir la version courte

 

Expositions individuelles

Années 1970

– 1979, ARETA Contemporary Design, Boston, États-Unis.

– 1976, Museum de Arte Moderno, Mexico, Mexique.

– 1975, Contempory crafts of the Americas, Colorado State University, Colorado, Fort Collins, États-Unis.

– 1973, Bradley Galleries, Wisconsin, Milwaukee, États-Unis.

– 1972, Roko Gallery, New York, États-Unis.

– 1972, 150e exposition au Centre d’art, Le Centre d’art, Port-au-Prince, Haïti.

– 1971, Royaume-Uni, Londres.

– 1970, 146e exposition au Centre d’art, Le Centre d’art, Port-au-Prince, Haïti.

 

Annés 1960

– 1969, 143e exposition au Centre d’art, Le Centre d’art, Port-au-Prince, Haïti.

– 1969, Menschoff Gallery, Illinois, Chicago, États-Unis.

– 1968, 140e exposition au Centre d’art, Le Centre d’art, Port-au-Prince, Haïti.

– 1968, 139e exposition au Centre d’art, Le Centre d’art, Port-au-Prince, Haïti.

– 1968, Roko Gallery, New York, États-Unis.

– 1968,  Georgetown Graphics Gallery, Washington D.C., États-Unis.

– 1968, Lincoln Hall Gallery, Mankato, États-Unis.

– 1968,  Haitian Art Gallery, New York, États-Unis.

– 1968, John Michael Kohler Art Center, Sheboygan, États-Unis.

– 1967, 34e exposition au Centre d’art, Le Centre d’art, Port-au-Prince, Haïti.

– 1967, Gallery Vejlegoard, Danemark.

– 1967, Naive Art from Haïti, The Corning Museum/ The Theatre Gallery of Corning Glass Center, Corning, États-Unis.

 

– Sd, Abby Aldrich Rockefeller Folk Art Collection, Williamsburg, États-Unis.

– Sd, Cheney Cowles Memorial Museum, Spokane, Washington, États-Unis.

– Sd, Corning Museum Of Glass, Corning, New York, États-Unis.

– Sd, Corpus Christi Art Foundation, Corpus Christi, Texas, États-Unis.

– Sd, Fort-Lauderdale Museum of Art, Fort-Lauderdale, États-Unis.

– Sd, Frye Art Museum, Seattle, Washington, États-Unis.

– Sd, Goshen College Gallery, Goshen, Indiana, États-Unis.

– Sd, Johnson City, Tenn., États-Unis.

– Sd, Lincoln Hall Gallery, Mankato, États-Unis.

-Sd, Mayfair Galleries, Albany, États-Unis.

– Sd, Northwood Institute Midland, Michigan, États-Unis.

– Sd, Oshkosh, Wisconsin Art Center, États-Unis.

– Sd, Paterson State College, Wayne, New Jersey, États-Unis.

– Sd, Reece Museum, East Tenesse State College, États-Unis.

– Sd, Roberson Memorial Center, Binghampton, New York, États-Unis.

– Sd, Rothmans Art Gallery Stratford, Ontario, Canada.

– Sd, Sioux City Art Center, Sioux City, Iowa, États-Unis.

– Sd, Society of the four Arts, Palm Beach, États-Unis.

– Sd, St Cloud State College Art Gallery, St Cloud, États-Unis.

– Sd, Technology Center, Illinois, Chicago, États-Unis.

– Sd, The Junior Art Gallery, Louisville, États-Unis.

– Sd, University of Delaware, Neward, Delaware, États-Unis.

 

Expositions collectives

Années 2010

– 2016, Lumières des Ombres, Le Centre d’art, Port-au-Prince, Haïti.

– 2015,Les grands maîtres de la peinture populaire Haïtienne, 1945-1970, MUPANAH, Port-au-Prince, Haïti.

 

Annés 2000

– 2007, Levée de fonds au profit de l’école de musique Desaix Baptiste, Immeubles Jatraco, Jacmel Haïti.

– 2005, The Patricia & Phillip Frost Art Museum, Florida International University, Florida, Miami, États-Unis.

 

Années 1990

– 1999, Billeder Fra Haiti, Images from Haïti, Kunsthallen Brandts Klaederfabrik, Danish Center for Culture and Development ( DCCD), Danemark.

– 1997, Masterworks in Haitian Art, The Lowe art museum University of Miami, Coral Gables, Florida, États-Unis.

– 1996, 4 Décennies de Sculpture Haïtienne, Gallery Kalfou, California, États-Unis.

– 1996, Masterworks in Haitian Art, The Craft and folk art museum, Los Angeles, California, États-Unis.

– 1993, Haitian Masters : The First Generation, Los Angeles, États-Unis.

– 1992, Le symbolisme de la croix, hommage à Georges LIAUTAUD, Musée d’art haïtien, Port-au-Prince, Haïti.

– 1992, A Haitian Celebration: Art and Culture, Milwaukee Art Museum, Wisconsin, Milwaukee, États-Unis.

– 1991, Haitian Art: Selections from a Chicago Collection, The Hyde Park Art Center, Illinois, Chicago, États-Unis.

– 1990, Modern haitian Masters, Galerie Malraux, California, Los Angeles, États-Unis.

 

Annés 1980

– 1989, Magiciens de la terre, Grande Halle de la Villette, Centre Georges Pompidou, Paris, France.

– 1987, Et l’art se fit fer, MUPANAH, Port-au-Prince, Haïti.

– 1987, Metallarbeiten und Bilder aus Haïti, Ifa Galerie, Bonn, Allemagne.

– 1987, Festival International du Dessin Contemporain, Paris, France.

– 1986, MUPANAH, Port-au-Prince, Haïti.

– 1985,  Haitian Art, the Legend and Legacy of the Naive Tradition, Davenport Art Gallery, Davenport, États-Unis.

– 1985, Primer Encuentro-taller Creativo de Artistas de America Latina, Espana y Portugal, Instituto Central de Relaciones Culturales, Jérusalem, Israël.

– 1985, Primer Encuentro-taller Creativo de Artistas de America Latina, Espana y Portugal, Santiago de Chile, Chili.

– 1985, Caribbean cultural festival, The University of south carolina, États-Unis.

– 1985 – 1984, Lucien PRICE, une rétrospective, Le Christianisme dans l’Art Haïtien, MUPANAH, Port-au-Prince, Haïti.

– 1984, Exposition d’art Haïtien, Grand Palais, Paris, France.

– 1984, Through Haitian Eyes, Bacardi Art Gallery, Miami, États-Unis.

– 1984, Through Haitian Eyes, Meridian House International, Washington, D.C., États-Unis.

– 1983, Exposition Inaugurale du Musée du Panthéon National en l’honneur des héros de l’indépendance haïtienne, MUPANAH, Port-au-Prince, Haïti.

– 1983, Under the Spell : The Art of Haïti, The Chicago Public Library Cultural Center, Chicago, États-Unis.

– 1982, L’art naïf Haïtien, Centre d’action culturelle de la Guadeloupe, Fort-Saint-Charles, Basse-Terre, Guadeloupe.

– 1982, Three Generations of Haitian Art, Allentown Art Museum of the Lehigh Valley, Allentown, États-Unis.

– 1982, Salutations Haïtiennes, The Metropolitan Washington Alumni Chapter, Washington, États-Unis.

– 1980, Art Haïtien/Esprit Noir, Davenport Art Gallery, Davenport, États-Unis.

 

Annés 1970

– 1979, Kunst aus Haïti, Staatlichen Kunsthalle, Berlin, Allemagne.

– 1979, Haitian Art, New Orleans Museum of Art, New Orleans, États-Unis.

– 1978, Carrefour Mehu Gallery, New York, États-Unis.

– 1978, Exposition de toiles, sculptures et tapisseries d’artistes haïtiens, Institut Français, COHAN (Coopération Haitiano-Néerlandaise), Port-au-Prince, Haïti.

– 1978, Haitian Art, The Brooklyn Museum, Brooklyn, États-Unis.

– 1978, Haitian Art, Milwaukee Art Center, Wisconsin, Milwaukee, États-Unis.

– 1977, Imagenes de Haïti, Rattan Specialties of Puerto Rico, San Juan, Porto-Rico.

– 1976, Artistes Haïtiens, Institut Français d’Haïti (I.F.H), Port-au-Prince, Haïti.

– 1975, Haitian Art, The Tennessee Botanical Gardens and Fine Arts Center, Cheekwood, Nasville, États-Unis.

– 1975, Pintura primitiva y moderna Haitiana, Museo de Arte Moderno, Mexico, Mexique.

– 1975, 162e exposition au Centre d’art, Œuvres de Tamara BAUSSAN et de Murat BRIERRE, Le Centre d’art, Port-au-Prince, Haïti.

– 1974, The art of Haïti, Davenport Art Gallery, Davenport, États-Unis.

– 1973, Rencontre internationale des Arts et de la culture : exposition des peintres naïfs contemporains, Lugano, Suisse.

– 1973, J. Walter Thompson World Gallery, États-Unis.

– 1973, Fabian Gallery, New York, États-Unis.

– 1973, Davenport Municipa Art Gallery, Davenport, États-Unis.

 

Annés 1960

– 1969, Rochester Art Center, Mayfair, États-Unis.

– 1969, Sears Vincent Price Gallery, Illinois, Chicago, États-Unis.

– 1969, The Advent School, Boston, États-Unis.

– 1969, The art of Haïti, Davenport Art Gallery, Davenport, États-Unis.

– 1968, Art of Haïti and Jamaica, Art gallery, Center for Inter-American Relations, New York, États-Unis.

– 1968, Roko Gallery, New York, États-Unis.

– 1968, Bradley Galleries, Wisconsin, Milwaukee, États-Unis

– 1968, Boltolph Group, Boston, Massachusetts, États-Unis.

– 1968, Artists of Western Hemisphere, The Center for Inter-American Relations, New York, États-Unis.

– 1968, Community Church Art Gallery Advent School, Boston, États-Unis.

– 1967, Milton Academy Salton Gallery, Boston, Massachusetts, États-Unis.

– 1960, 3 Haitian Artists, Galerie Air France, New York, États-Unis.

 

Bibliographie

– ALTSCHULER, Bruce, Collecting the New : Museums and Contemporary Art. Princeton University Press, 2005.

– BLONCOURT Gérald, NADAL-GARDERE Marie-José, La Peinture Haïtienne / Haitian Arts. Paris : Editions Nathan, 1986.

– CABALLERO Germán Rubiano, Sculpture en Amérique latine (XX e siècle), l’Université nationale de Colombie, 1986.

– CHRISTENSEN Eleanor Ingalls, The Art of Haïti. Cranbury: A. S. Barnes and Thomas Yoseloff, London, 1975.

– DROT Jean-Marie, Journal de voyage chez les peintres de la fete et de vaudou en Haiti. Lausanne : Skira / Des Imprimeries Reunies, 1974.

– FRYE Daniel J, African American Visual Artists : an annotated bibliography of educational resource materials. Lanham, MD : Scarecrow Press, 2001.

– HOFFMAN Larry G, Haitian Art : The Legend and Legacy of the Naive Tradition, Davenport : Davenport Art Gallery, 1985.

– POUPEYE Veerle, Caribbean Art. New York : Thames & Hudson, 1998.

– RODMAN Selden, Where Art is Joy : Haitian Art : The First 40 Years. New York : Ruggles De Latour, 1988.

– SCHUTT-AINÉ Patricia, Haïti : Un livre de référence de base. Miami, Floride : Librairie Au Service de la Culture, 1994. 109.

– STEBICH Ute, Kunst aus Haiti. Ulm: International Primary Art,1980.

 – WARDLAW Alvia J, MOZELLE Robert V, MCKENNA Maureen A, Black Art, Ancestral Legacy : The African Impulse in African-American Art. Dallas : Dallas Museum of Art and New York, Abrams, 1989.

– WILLIAMS SHELDON, Voodoo and the Art of Haiti. Nottingham : Morland Lee, n.d. 1969.

– JOLICOEUR Aubelin, Les impressionnantes funérailles maçonniques de Murat Brierre. Le Nouvelliste. Port-au-Prince, Haïti, 25 Mars 1988.

– JOLICOEUR Aubelin, Mort du Sculpteur Murat Brierre. Le Nouvelliste. Port-au-Prince, Haïti, 16 Mars 1988.

– CONSTANT Paul N, Un artiste disparaît. Panorama quotidien de doctrine et d’information. Port-au-Prince, Haïti, 19-21 mars 1988.

– Centre d’action culturelle de la Guadeloupe, Fort-Saint-Charles, Basse-Terre, Guadeloupe. 1982.

Verdenskunt i kostalden. Roskilde Tidende. 10 Mai 1976.

– VESPA Ned, Gallery Gazing. 5 Avril 1973.

Exposition prochaine de Murat Brierre. 14-15 Avril 1970.

– WILDON Patricia Boyd, The Christian Science Monitor. 14 mai 1969.

Murat Brierre au Roko Gallery. Le Nouvelliste. Port-au-Prince, Haïti, 27-28 Janvier 1968.

– JOLICOEUR Aubelin, Au fil des jours, Le Nouvelliste. Port-au-Prince, Haïti, 20-21 Avril 1968.

– BRIGHT Virginia, Haiti, Beacon hill join in scholarship art show. 1968.

– Boston Sunday Globe. 3 novembre 1968.

– Le Nouvelliste. Haïti. 4 Avril 1967.

 

Catalogues d’exposition

Jonathan Demme Collection : Inspiration of Haitian Art. French Institute Gallery. 7 mai – 13 juin 2009.

– Haitian Art from the Hughes Collection. Spencer Museum of Art. 7 Juillet – 16 Septembre 2007.

Lespri Endepandan: Discovering Haitian Sculpture. The Patricia & Phillip Frost Art Museum, Florida International University. 10 Septembre – 5 Décembre 2004.

Metal Works & Ceremonial Flags of Haïti. Phyllis Kind Gallery. 2004.

– Tracing the Spirit : Ethnographic Essays on Haitian Art. Davenport Museum of Art. 1995.

A Haitian Celebration : Art and Culture. Milwaukee Art Museum. 24 avril – 16 août 1992.

Haitian Art : Selections from a Chicago Collection. Hyde Park Art Center. 28 Octobre – 30 Novembre, 1991.

– Haïti, Art Naïf, Art Vaudou. Galeries nationales du Grand Palais. Paris, 1988.

Haïtian Art, The Legend and Legacy of the Naive Tradition, Larry G. Hoffman, 1985.

Under the Spell : The Art of Haïti. Chicago Public Library. 18 Juin – 30 Juillet 1983.

Ritual and Myth: A Survey of African American Art. Studio Museum in Harlem. 20 juin – 1er Novembre 1982.

Kunst aus Haïti. Staatlichen Kunsthalle. BERLIN (Germany) 24 Juin – 12 Août 1979.

 – Haïtian Art, Brooklyn Museum by Ute Stebich, 1978.

 – Haïti, The Naive Tradition: The Flagg Tanning Corporation Collection. Milwaukee Art Center. 1974.

– Artists of the Western Hemisphere, Octobre 1968.

Art of Haïti and Jamaica. Center for Inter-American Relations. 10 – 27 Octobre 1968.

 

Webographie

http://www.artfinding.com/11166/Biography/Briere-Murat?LANG=fr

http://www.artnet.fr/artistes/murat-briere/r%C3%A9sultats-de-ventes

http://www.artnet.com/artists/murat-briere/islanders-dancing-around-drummers-fHbAWFaSGPNgFtUjey-p3w2

http://www.arcadja.com/auctions/en/briere_murat/artist/381573/

http://artnexus.com/Notice_View.aspx?DocumentID=14460

http://artsalesindex.artinfo.com/asi/search/Murat_Brierre/artistProfile.ai?artistID=285227

http://www.artshaitian.com/Pages/murat%20brierre.html

http://thebigpizza.com/67879f2a936b3bde.html

https://www.brooklynmuseum.org/opencollection/artists/9404/Murat_Brierre

http://elsaieh.com/2015/09/murat-brierre/

http://www.espaceloas.com/

http://www.enfants-soleil.org/Chap_Activites/bometal/bosmetal.htm

http://figgeartmuseum.org/collections/haitian.aspx?page=8

http://figgeart.org/getdoc/d9bf498b-52a1-474b-9e79-b2c6df9ac53b/Haitian.aspx?Page=1

https://fr.wikipedia.org/wiki/Murat_Brierre

http://indigoarts.com/artists/murat-brierre

http://www.invaluable.com/artist/brierre-murat-65gb39wes4/sold-at-auction-prices/

http://issuu.com/materialculture/docs/the_jonathan_demme_collection

http://www.phylliskindgallery.com/exhibits/2006/index_031606.html

http://pursuitist.com/oscar-winning-director-auctions-collection-lifetime/

http://www.ridgeart.com/ElSaiehGallery.html

– http://www.collectif2004images.org/29-et-30-mars-2014-Vente-aux-encheres-exceptionnelle-d-oeuvres-haitiennes-appartenant-a-Jonathan-Demme-Philadelphie_a1038.html